• Vie de l'établissement,
  • Vie étudiante,

Message de la présidence - 17.04.2020

Publié le 17 avril 2020

Message de la présidence de l'UPEC à l'attention des étudiants et des personnels - 17.04.2020

null
Chères étudiantes, chers étudiants, chères et chers collègues,

L’UPEC est depuis plus d’un mois fermée au public. Nous remercions l’ensemble des collègues de s’être adapté à ces conditions exceptionnelles de travail à distance, qu’il s’agisse des activités de formation, de recherche ou administratives. L’université avance malgré ces difficultés. Nos pensées vont d’abord à toutes celles et ceux qui ont été affectés par le Covid-19 soit directement soit leurs proches.

L’UPEC, par l’intermédiaire de son Service de Santé Universitaire, s’est engagée depuis le début de l’épidémie Covid-19 en soutien des personnels et des étudiants. A ce jour, trente et un membres du personnel ont été signalés comme contaminés par le Covid-19.  Ils sont répartis sur différents services et différentes composantes. Quinze d’entre eux sont des enseignants, les seize autres sont des personnels des services administratifs et techniques. Six ont d? être hospitalisés et un est toujours en réanimation. Ils ont été contactés par la médecine de prévention professionnelle, qui assure un suivi à distance.
En ce qui concerne les étudiants, le Service de Santé Universitaire est entré en contact par mail avec plusieurs milliers d’entre eux. Ils sont nombreux à avoir présenté des sympt?mes mais, à notre connaissance, très peu ont été hospitalisés. Les médecins et les infirmières du Service de Santé sont en relation directe par mail avec plusieurs dizaines d’entre eux, principalement ceux qui sont restés dans les résidences universitaires du CROUS et qui se trouvent en situation d’isolement.  
Depuis le 16 mars, les psychologues du Service de Santé Universitaire assurent des entretiens à distance pour les personnels et les étudiants. Leur activité montre à ce jour que les contraintes dues au confinement, et le stress lié au contexte épidémique sont plut?t bien gérés par les personnels et les étudiants.
Les premières semaines du confinement, les agents et les étudiants ont été davantage occupés à s’organiser qu’à prendre soin d’eux. Ce changement de mode de vie, en totale rupture avec le mode de vie habituel, a nécessité une adaptation entra?nant une charge psychique importante avec des conséquences comme la fatigue, l’irritabilité, l’insomnie, la réactivation de troubles psychiques divers. Même si à ce jour cette charge psychique est plut?t bien supportée par la majorité d’entre eux, on peut penser que plus le confinement va durer, plus l’épuisement va appara?tre. Le Service de Santé Universitaire reste mobilisé pour apporter un soutien psychologique aux étudiants et personnels qui en ressentiraient le besoin.

Nous renouvelons nos messages de bienveillance pour les étudiantes et étudiants qui sont dans des conditions de travail difficiles voire qui ne peuvent pas travailler du tout dans des situations de vulnérabilité ou de précarité dont nous sommes bien conscients. Un questionnaire auquel 12 500 étudiants ont répondu montre les difficultés de ce mode d’enseignement en distanciel et nombreux sont ceux qui ne peuvent pas accéder à un ordinateur. L’UPEC se mobilise pour proposer rapidement des solutions. Il n’est pas envisageable qu’il y ait des oubliés cette année et nous serons extrêmement attentifs à mettre en place des conditions adaptées à toutes les situations. Nous remercions les composantes et leurs services pédagogiques d’avoir fait rapidement des propositions tant pour la formation à distance que pour les évaluations.

Grace à l’implication exceptionnelle de tous les personnels, équipes pédagogiques et fonctions support, la mise en place du plan de continuité d’activité a permis de maintenir un lien et une certaine forme d’activité pédagogique. Le moment est maintenant venu d’envisager les modalités d’évaluation des enseignements de second semestre et de l’année.
 
Les conditions habituelles d’examen sont incompatibles avec le maintien des règles barrières. La responsabilité de l’université est de préserver la santé de chacun, de tous les étudiants, enseignants et de tous les personnels. Aussi, l’UPEC n’organisera-t-elle pas d’examen en présentiel et demande à ce que l’essentiel soit fait avant la fermeture de l’été, au maximum dans le respect des calendriers prévus, afin que les étudiants puissent partir en congé d’été l’esprit libéré vis-à-vis de leur scolarité. A titre individuel et de manière exceptionnelle des dérogations pourront être envisagées pour des étudiants “empêchés” dans des conditions strictes permettant de respecter les règles sanitaires.
 
Tout sera mis en ?uvre pour assurer une validation du semestre sans examen en présentiel, en proposant des modalités adaptées à chaque formation. Dans ces circonstances exceptionnelles, il est demandé de raccourcir et d’alléger les épreuves de manière à en faciliter l’organisation et à limiter dans la mesure du possible l’anxiété pour les étudiants. Les modalités peuvent être variées, les contr?les continus seront privilégiés. Si ceux-ci n’ont pas été prévus initialement, ils pourront l’être en ces circonstances particulières, un devoir sur table pourra être transformé en devoir maison, de même qu’un écrit en oral proposé par webconférence, classe virtuelle ou téléphone. Des épreuves peuvent être regroupées. De nombreuses initiatives en ce sens ont été expérimentées en janvier dernier par plusieurs composantes et peuvent être renouvelées. Le détail des modalités sera précisé par les composantes et discuté par les prochaines Commissions de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU). Les étudiants en situation de handicap, en régime dérogatoire ou mobilisés dans le cadre du plan d’urgence sanitaire bénéficieront des conditions définies pour les publics spécifiques.  
 
L’équipe présidentielle demande aux équipes pédagogiques la plus grande compréhension vis-à-vis de cette situation particulièrement anxiogène pour les étudiants, et aux jurys, attention et bienveillance.


Même si la situation est très évolutive et si de nombreuses inconnues demeurent, il faut également commencer à organiser la rentrée universitaire de septembre prochain. L’UPEC continuera d’examiner avec attention les candidatures individuelles des étudiants internationaux. Cependant, il est probable que beaucoup de candidats retenus ne pourront pas rejoindre notre université pour suivre les premiers enseignements. Pour pallier ces difficultés et limiter au maximum l’impact d’une rentrée retardée, nous travaillons avec les composantes sur la mise en place, dans la mesure du possible, d’enseignements à distance. Par ailleurs, les mobilités dans le cadre d’un programme d’échange pourront aussi être impactées par la crise. Certains pays ont déjà annoncé qu’ils n’accueilleraient pas d’étudiants internationaux à l’automne. La Direction des Relations Internationales (DRI) suit attentivement les informations qui sont communiquées et tiendra régulièrement informés les composantes et les différents responsables RI, permettant ainsi de prévenir au plus vite les étudiants concernés.


Dans ce contexte éprouvant, nous ne souhaitions pas que de la précarité soit ajoutée aux difficultés du confinement. Ainsi, grace à l’implication exceptionnelle des services, toutes les dispositions du ressort de l’UPEC ont été prises afin que la rémunération des vacataires puisse être assurée sous la forme d’acomptes. De plus, les étudiants en emplois étudiants qui n’ont pas pu poursuivre leur activité en distanciel percevront des aides sociales à titre de compensation.


Restant à votre écoute, nous continuerons de vous informer au fur et à mesure de l’évolution de la situation.
Prenez soin de vous et de vos proches,

 
La présidence de l’UPEC